43-53-Héran

43 - 53. François Héran, Avec l’immigration, Éditions la découverte, Débat, 2017. 315 pages. L’auteur est un grand homme ; pour lui, une chaire vient récemment d’être créée au Collège de France. C’est un spécialiste de l’immigration mais son livre va au-delà. Il nous entraîne dans une réflexion sur la vie d’une démocratie. Il oppose les réalités que, dans son domaine, des chercheurs peuvent mettre en lumière aux mirages avancés par maints leaders politiques. Deux limites à cet ouvrage. Il a été rédigé avant la prise de pouvoir d’Emmanuel Macron et les options de ce dernier ne sont pas analysées. D’autre part le livre est…bavard et ordonné de façon confuse. J’ai donc classé la masse considérable d’extraits scannés selon un plan qui m’a semblé plus clair (et, bien sûr, discutable). Et j’ai fait ce résumé non pour vous dissuader de lire les extraits mais au contraire pour vous inciter à le faire.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle ont lieu à la fois une importante immigration de travailleurs d’Afrique du Nord et, par ailleurs, un développement du droit de la famille qui ouvrira la voie au regroupement familial, puis, à partir de 2015 les guerres du Moyen Orient ont provoqué un afflux de réfugiés que seule l’Allemagne accueillit largement, la France, n’acceptant qu’un tout petit nombre de personnes et exposant les difficultés que rencontre une démocratie à définir une politique d’immigration appropriée. Chez nous les opinions, diverses, s’expriment souvent de façon excessive voire injurieuse. Les gouvernants, aux yeux de l’auteur, ont manqué en la matière de connaissances et de compétence.

Les Français seraient passés de 40 millions en 1945 à 35 si le taux de natalité n’avait connu un boom, or, aujourd’hui, nous sommes 65 millions. L’accroissement est venu, à parts égales, de ce boom, du vieillissement et de l’immigration ; désormais il ne résultera plus que de l’immigration. Dans les années 70 les migrants venaient surtout d’Espagne et du Portugal, puis les plus nombreux arrivèrent du Maghreb. Les immigrés de première et de deuxième génération représenteront bientôt le quart de la population mais le taux de chômage des immigrés est double de celui des natifs. Les enfants d’immigrés ont, pour beaucoup, des difficultés à l’école (mais les enfants de parents « défavorisés » aussi). Les immigrés ont continué à venir habiter dans des zones qui furent industrielles mais ne le sont plus guère. Leur taux de chômage est élevé, notamment pour la deuxième génération qui a du mal à tirer parti de ses diplômes. Le livre évoque ensuite les promesses infondées, non tenues et abandonnées de Nicolas Sarkozy ; ses erreurs aussi comme le traité du Touquet. Les slogans du FN — diviser par 20 le flux migratoire annuel notamment — lui paraissent encore plus irréalistes. L’auteur montre enfin que, contrairement à des croyances répandues, notre législation, réaliste, combine droit du sang et droit du sol. L’intégration des immigrés se réalise mais elle prend du temps. En guise de conclusion on trouvera la conviction qui est la sienne.

Le voyage d’Emmanuel Macron à Ouagadougou est postérieur à la sortie du livre. Le Président n’avait-il pas raison d’inviter ses auditeurs à ne pas voir en l’émigration une solution d’avenir, elle qui, notamment, prive les pays d’origine d’une bonne part de leurs jeunes diplômés ?       

 

43-53-Héran


© 2017 contrat-social.com   Mentions légales