24-159 Chine

24-159.China, Opening the gates, special report, The Economist, 19 mai 2018, 12 pages. Strictement fermées sous Mao, les portes de la Chine se sont ouvertes. Des milliers de privatisations sont allées de pair avec le développement d’une bourgeoisie dotée de revenus substantiels de sorte qu’aujourd’hui, chaque année, près de 150 millions de Chinois peuvent quitter leur pays ; comme touristes au premier chef (vive l’aviation low cost). Conséquence : un tiers des produits de luxe fabriqués dans le monde serait acquis par des Chinois. Autre phénomène : 85% des riches Chinois envoient leurs enfants étudier à l’étranger, dans les Universités, américaines d’abord (coût annuel d’inscription à Berkeley 45 000$). À ce jour plus de 5 millions de Chinois ont étudié à l’étranger. Des Chinois sont aussi ouvriers, dans des usines italiennes ou africaines. Autre destination : les laboratoires de la Silicon Valley (des Chinois étant suspectés d’espionnage). Les Chinois ont, en nombre, adopté internet ce qui facilite les contacts avec l’étranger. Selon certains sondages près de la moitié des Chinois riches songeraient à émigrer ( ?). Mais les migrations de Chinois en sens inverse, de l’étranger vers la Chine, sont importantes. Nombreux sont les Chinois résidant en Toscane qui envoient leurs enfants faire leurs études au pays ou ceux qui, après avoir étudié dans les universités occidentales retournent en Chine. Pour la première fois un des 7 membres du Politburo est diplômé d’une université américaine (Berkeley). Notons aussi que la fille de Xi Jinping est diplômée d’Harvard. Dans l’immédiat tous ces contacts des Chinois avec l’étranger auront d’autant moins de conséquences politiques que Xi Jinping gère le pays de façon de plus en plus autoritaire mais il semble peu probable que, tôt ou tard, ces relations n’aient pas un impact.

24-159.Chine


© 2017 contrat-social.com   Mentions légales